R.U. : La FNAR partie prenante ?

Dans le contexte très mouvant des informations filtrant sur le contenu du rapport que le HCRR (Haut Commissariat à la Réforme des Retraites) doit remettre au Président MACRON, il est très difficile de se faire une idée précise quant à l’évolution de nos régimes de retraites vers ce désormais célèbre Régime Universel, ou plus familièrement “R.U.”.

Les médias peinent à y voir clair …

Toutefois, la conférence de presse du chef de l’Etat le 25 avril dernier a entériné la nécessité de l’augmentation du temps de travail des actifs, pour sauvegarder notre système de retraite par répartition. Voilà qui devrait rassurer en partie les “déjà retraités” que nous sommes, quant à la pérennité du système.

Les questions qui continuent de nous préoccuper ...

Outre celle du maintien du niveau initial de nos pensions au moment du basculement dans le R.U. (mais là nous avons eu des assurances du Président et du Premier Ministre) elles sont de deux ordres :

  • L’indexation des pensions au fil du temps : le chef de l’Etat a décidé de ré-indexer sur les prix les pensions inférieures à 2.000 € par mois dès janvier 2020 dans un premier temps, puis TOUTES les pensions en 2021. (NDLR : Rassurant si suivi d’effet !)
  • La pension de réversion : C’est là que la FNAR intervient. Une commission au sein de la FNAR (Fédération Nationale des Associations de Retraités) vient d’étudier 5 schémas proposés récemment par le HCRR. Ses conclusions en date du 6 mai, sont transmises à ce dernier. La FNAR propose en fait une solution proche de la pratique actuelle, mais en supprimant la condition de ressources pour la partie de pension issue de la CNAV.

(NDLR : Il nous reste à espérer que cette recommandation de la FNAR soit suivie, mettant fin au délire des absurdités de partage en matière de réversion.)

Une autre question à l’ordre du jour : Le Grand Age et l’Autonomie …

C’est l’autre grande question, qui a fait l’objet  d’une concertation nationale, indépendamment mais concomitamment avec le R.U, conduite par Dominique LIBAULT, conseiller d’Etat, qui a remis son rapport au Ministre de la Santé le 28 mars dernier.

Des préconisations …

  • Création d’une nouvelle prestation d’autonomie en maintien à domicile, semblable à la PCH (Prestation de Compensation du Handicap) qui distinguerait trois volets : aides humaines, aides techniques, répit et accueil temporaire. En corollaire, dans les établissements, on fusionnerait les sections (budgétaires) “soins” et “dépendances”.
  • Création de “Maisons des Aînés et des Aidants”
  • Création d’un Conseil Départemental du Grand Age, en conseillant la fusion des conférences des financeurs pour la prévention de la perte d’autonomie et des conseils départementaux de la citoyenneté et de l’autonomie (CDCA)

Enfin, ce rapport fait des propositions fortes pour les carrières et les rémunérations des personnels, tan,t des EHPAD que des services à domicile.

Toutes ces propositions devraient permettre la préparation d’une loi. A suivre …